Cognac et Métiers d’art, épisode 1 : Le trésor du temps

J’ai découvert le cognac en décembre 2017, invitée par une Maison à travailler sur des objets d’artisans destinés aux cadeaux client. Arrivée néophyte, je suis repartie passionnée et enthousiasmée par les matières et les savoir-faire liés à l’élaboration et à l’assemblage des eaux de vie. L’osier des « Dames Jeannes ». Le chêne des tissons. Le cuivre des alambics. Mais ce qui m’a le plus touchée, c’est que nulle manufacture ne dit mieux le passage du temps. Des centaines d’années. Stockées, goûtées, assemblées, transmises. La profondeur historique du «produit» donne aux Maisons une aura inégalable qui touche au plus profond car elle est à la fois un salut au passé et un clin d’œil à l’avenir. Et le maître de chai-par sa dégustation patiente et quotidienne-semble jouer avec l’Histoire. Le lien entre le cognac et les métiers d’art commence ici. Dans ce rapport au temps et à la transmission d’une expertise projetée sur les siècles à venir.

Un artisan d’art ne mesure pas son travail en minutes ou même en heure. Le geste physique qu’il réalise est anecdotique au regard des recherches techniques, de la culture de la matière,de la préparation de l’atelier ou du façonnage de ses propres outils. Picasso disait d’un dessin qu’il avait eu besoin pour le faire de « 70 ans et 3 minutes ».

Raphaëlle de Panafieu @raphaelle_metiers_rares

Tags: